Le site Internet de Beachcomber-Hotels utilise des cookies pour améliorer l’expérience des utilisateurs. Nous avons mis à jour notre politique en matière de cookies en fonction des changements apportés à la loi sur l’utilisation des cookies et autres technologies de suivi utilisées sur nos sites Internet. En poursuivant votre navigation sur notre site Internet, vous consentez à notre utilisation des cookies.

Destinations
LES RESEAUX SOCIAUX

Auréolée de victoires à deux tournois du Grand Chelem, la jeune championne espagnole Garbiñe Muguruza est l’une des joueuses de tennis les plus talentueuses de sa génération. A la fin d’une saison 2018 éprouvante, elle a choisi le Trou aux Biches Beachcomber Golf Resort & Spa et le Royal Palm Beachcomber Luxury pour se détendre avant la préparation de son retour sur les courts. Elle partage avec nous sa vision de son sport et quelques aspects de son ascension au sommet.

 

 

C’est au Trou aux Biches Beachcomber et au Royal Palm Beachcomber Luxury à l’île Maurice que vous vous êtes ressourcée après une difficile saison 2018. Pourquoi ce choix de destination et d’hôtels ?

J’avais beaucoup entendu parler de l’île Maurice. Je m’y suis rendue en novembre dernier car c’est la seule période de l’année pendant laquelle je peux faire une coupure pour de vraies vacances et me détendre. Comme le temps est idéal à l’île Maurice à cette période, c’était le bon moment pour vivre cette première expérience. Je recherchais un endroit calme et sain pour faire de la plongée, des sports nautiques et me détendre. Je me suis vraiment amusée et l’accueil que j’ai reçu était extraordinaire !

 

Trou aux Biches Beachcomber Golf Resort & Spa

   

Quels sont les meilleurs souvenirs que vous gardez de ce séjour ?

Les deux hôtels sont très beaux. J’y ai trouvé les services, le cadre et le confort que je recherchais, avec le chic et l’élégance que je pouvais attendre. En plus des bons moments passés à plonger et à faire du ski nautique, j’ai survolé l’île en hélicoptère pour une découverte à nulle autre pareille.

 

Avez-vous profité des courts de ces hôtels ?

J’ai vu les courts et ils avaient l’air parfaits. Mais je n’avais pas pris mes raquettes pour ce voyage ! Ce sera peut-être pour la prochaine fois. J’essaie en fait de vraiment déconnecter du tennis quand je suis en vacances. J’ai quand même fait quelques séances en salle de sport à l’hôtel.

 

L’année 2018 a semble-t-il été plus dure pour vous que les précédentes. Qu’en pensez-vous et quelles sont vos attentes pour 2019 ?

Je pense qu’il faut savoir tirer le meilleur de toute situation. L’année 2018 a été riche en enseignements pour moi et je suis convaincue que cela m’aidera dans le reste de mon parcours. Je prends un nouveau départ en 2019. Toutes les joueuses débutent d’ailleurs la nouvelle saison avec un compteur à zéro et je donnerai le meilleur de moi-même, comme je le fais toujours. Le plus important pour moi est de travailler encore et encore et de m’améliorer dans tous les compartiments du jeu.

 

 

Votre carrière professionnelle est relativement courte, ayant débuté en 2012, mais vous avez déjà un riche palmarès : victoire à deux tournois de Grand Chelem ainsi que les titres de joueuse WTA* de l’année et de championne du monde ITF**. Quels ont été vos meilleurs souvenirs et les moments les plus difficiles jusqu’à l’heure ?

Les victoires aux finales de Roland Garros et de Wimbledon sont mes meilleurs souvenirs sur un court. Arriver à surmonter les moments difficiles est par ailleurs également une source de satisfaction, comme tel a été le cas pour mon opération du pied à l’âge de 18 ans. Le tennis est en fait un sport aussi beau qu’il est dur, car il demande de se remettre à l’ouvrage à chaque compétition. On peut avoir remporté la finale d’un tournoi de Grand Chelem mais se retrouver la semaine suivante sur un court à disputer un match de premier tour d’une autre compétition, pour tenter de gagner les deux sets nécessaires pour aller plus loin et viser la victoire en finale. Il n’y a pas de formule magique ; être la meilleure dans un tournoi n’est absolument pas une garantie de victoire au prochain match.

 

Malgré votre courte carrière, vous êtes l’une des très rares joueuses à avoir battu Serena Williams plusieurs fois dans les dernières phases de tournois de Grand Chelem. Est-elle pour vous une source d’admiration et d’inspiration – avec ses 20 victoires en Grand Chelem et son âge plus avancé – ou une adversaire extrêmement forte qu’il faut défier ?

Serena est l’une des meilleures joueuses de l’histoire du tennis. Je me souviens que je la regardais jouer contre sa sœur Venus quand j’étais petite. J’ai beaucoup de respect pour elle et pour ce qu’elle a réalisé, aussi bien sur le court qu’en-dehors.

 

La controverse la concernant, à la dernière édition de l’US Open, a lancé un débat au sujet de pratiques discriminatoires envers les femmes dans le monde du tennis professionnel. Diriez-vous qu’une telle discrimination existe, en vous basant sur votre propre expérience ?

Le tennis est selon moi le sport professionnel le plus égalitaire au monde. Ceci dit, il y a bien entendu beaucoup de choses à améliorer. Mais je suis heureuse de pratiquer un sport qui peut servir d’exemple à d’autres en ce qu’il s’agit du respect des droits de la femme. L’épanouissement des joueuses entraînera celui de notre sport avec ses diverses composantes, y compris l’ensemble des joueurs et les tournois. Nous sommes bien placés pour continuer à être des leaders en ce qu’il s’agit de la place de la femme dans l’univers du sport.

 

 

Vous avez débuté le tennis à l’âge de cinq ans, et vous étiez à la première place du classement mondial en 2017 et dans le top dix plusieurs années d’affilée. Comment arrive-t-on à un tel niveau ?

Pour cela, il faut vraiment aimer le tennis et en jouer autant que possible, en sachant que très peu de personnes connaîtront la somme des efforts que vous aurez consentis car ces efforts ont lieu loin du regard des médias et du public. Avoir l’esprit de compétition et une forte motivation sont également indispensables afin de donner le meilleur de soi-même. De plus, il faut du talent et être très solide mentalement. Beaucoup voyager et être souvent seule font partie de la réalité de notre vie et il faut aussi être prête à gérer cela. Si tout se passe bien et qu’on arrive à faire son entrée dans le WTA Tour, c’est la meilleure vie dont on puisse rêver ! C’est une chance extraordinaire de pouvoir gagner sa vie en faisant ce qui vous passionne.

 

Comment qualifiez-vous votre type de jeu et est-ce possible ou nécessaire d’adapter votre style et votre technique pour battre une adversaire dans des matches qui sont nécessairement différents ?

J’ai un jeu très agressif. J’aime diriger le jeu et prendre l’initiative. C’est toutefois nécessaire de pondérer cela avec une dose de patience ; d’attendre et de prendre le temps de bâtir chaque point, de créer des opportunités… Et quand elles se présentent, je fonce !

 

*WTA: Women’s Tennis Association (Association des joueuses de tennis). La WTA est la principale association sportive mondiale qui organise des tournois de tennis féminin professionnel.

**ITF: International Tennis Federation (Fédération internationale de tennis).

 

Royal Palm Beachcomber Luxury

 

LES RESEAUX SOCIAUX
Top